Où est I. Bétancourt?

Publié le par blog-scott-tf1

Lorsque nous avons rencontré Luis Eladio Perez lundi 7 avril à Bogota, à l'issue des 5 jours d'incertitude concernant la mission d'urgence française, l'ex-otage des Farc nous a répété sa conviction qu'Ingrid Bétancourt ne se trouvait pas là où l'on prétendait l'avoir vu, soit à quelques dizaines de kilomètres au sud-ouest de San José del Guaviare. Impossible de voir les guerrieros prendre le risque de l'amener se faire soigner dans un dispensaire si près d'une zone truffée de militaires, alors qu'ils disposent eux-même de petites structures médicales de fortunes , à l'abri de la forêt, et de leurs propres médecins de confiance. 

Où se situaient-ils alors, lui et elle, lorsqu'ils se sont quittés le 4 février dernier, avant que Luis Eladio ne prenne le chemin de la liberté? Ce dernier ne veut pas le dire mais affirme l'avoir su à l'époque.

Pourquoi ce silence? Il est fondamental pense-t-il que le secret sur la localisation d'Ingrid perdure, sans quoi l'armée colombienne n'hésitera pas à fondre sur le campement des Farc où elle est détenue. Mais ce que Luis Eladio Perez peut nous dire en revanche c'est qu'il a marché sur 230 kms pendant 14 jours d'affilée, globalement en ligne droite pour être libéré aux alentours du village de la Libertad à 50 kms au sud de San José, le 27 février. La date à laquelle on prétend qu'Ingrid est apparue dans la région. Si elle-même n'a pas été déplacée pendant ces 3 semaines, cela la situe aux confins du Guaviare. Près du Vaupès où ils ont à coup sûr séjourné (les villages de Caruru et Cachiporo sonnent familièrement aux oreilles de Luis)? Ou bien plus au nord-est vers la frontière du Guaïna, département lui-même limitrophe du sud vénézuelien? ou bien encore près du Caqueta au sud-ouest?

Quoiqu'il en soit, il est urgent de reprendre le fil des contacts avec ce qu'il reste des dirigeants des Farc pour espérer à nouveau en une libération prochaine...

 

Publié dans blog-scott-tf1

Commenter cet article

Atlante 17/04/2008 22:43

Bonjour,Je suis comme tout le monde l'évolution de la situation à travers les médias. Mais entre information et désinformation, il est bien difficile, souvent, de s'y retrouver. J'aimerais assez que la captivité d'Ingrid (et pas seulement la sienne) prenne fin parce que cela ne rime plus à rien. Mais la guérilla des Farcs rime-t-elle encore à quelque chose ? Il semble assez clair que le vie de leurs prisonniers ne leur importe que dans la mesure où elle constitue une monnaie d'échange, c'est peut-être ce qui sauvera (ou pas) Ingrid. Un échange. Je n'ose dire "humanitaire", car cet adjectif n'a visiblement son sens que pour nous.

COURTEILLE 17/04/2008 17:42

Bonjour,Je vous suis attentivement dans vos mission et effectivement je m'interresse a Ingrid Bétancourt (comme tout le monde) et souhaite pour elle qu'elle va s'en sortir!! C'est un enfer qu'elle vit! et ces négociations qui n'en finissent pas alors merci de nous donner des nouvelles de cettefemme bien courageuse et du monde en général: bon courage   à vous et à trés vite.

SEDAT Reynaldo 16/04/2008 21:28

Bonsoir Michel Scott...!
Le mois de mai arrivant bientôt,ces Farcs me font penser au furet,ce mammifère carnivore mustélidé(mustela putorius furo),variété de putois albinos ou semi-albinos(je me demande si les Farcs se lavent convenablement dans cette fôret),originaire d'Afrique du Nord,souvent dressé autrefois pour la chasse au lapin...!
Il court,il court le furet,et au fur et à mesure qu'avance votre expédition,les Français attendent avec impatience la libération prochaine d'Ingrid Bétencourt,elle le mérite...!
Bien à vous...!       Reynaldo.