De Guatemala city, à Bogota...

Publié le par blog-scott-tf1

Toutes les occasions sont bonnes pour faire avancer ses pions sur l'échiquier  truqué de la crise colombienne. Comme aux échecs, les pièges, les faux sacrifices, les ouvertures éclairs ne manquent pas. Ici, en sus, la partie se joue à trois, voire davantage, et le maître du jeu n'est jamais celui qu'on croit ... Lundi, c'est au Guatemala que se sont croisés deux des trois pièces majeures de ce jeu mortel: Alvaro Uribe et Hugo Chavez, invités comme la plupart des chefs d'Etat d'Amérique latine pour l'investiture du nouveau président guatémaltèque Alvaro Colom.

En 12h de temps, à l'hôtel Camino Real de Guatemala city, toutes les rencontres bilatérales furent possibles. Sauf celle qui eut vu Uribe et Chavez s'accorder sur le dossier des otages justement. Mais qu'importe, la France, en la personne de Rama Yade, a multiplié les contacts maintenant au coeur des discussions le sujet des otages colombiens. Notre secrétaire d'Etat aux affaires étrangères et aux Droits de l'homme s'est ainsi entretenue avec les présidents colombien et vénézuelien, qui bien que séparés de quelques mètres ont passé la journée à s'éviter, et leur a remis une lettre de Nicolas Sarkozy (rédigée chacune en des termes propres évidemment), les encourageant à poursuivre leurs efforts pour faire libérer Ingrid Bétancourt et les autres séquestrés.

Les deux personnages étaient tout sourire face à la représentante française. ce qui ne les a pas empêchés d'exprimer des points de vue presque radicalement opposés dans les heures qui ont suivis. Chavez proposant le retrait des Farc de la liste des organisations terroristes pour permettre d'obtenir la libération des otages, Uribe disant le contraire, à savoir que le changement de statut de la guerrilla serait possible si cette dernière libérait tous ses otages... avant. Les diplomates fraçais ne peuvent que se ranger à l'avis du second frappé au coin du bon sens. Mais à partir de là se profile bel et bien une position intermédiaire qui pourrait faire avancer les chose: la promesse faite aux Farc, si elles libéraient leurs otages civils (le sort des militaires et des policiers qu'elles détiennent étant remis à plus tard) d'étudier au niveau européen leur retour à un statut de bélligérants non-terroristes. Voie extrêmement étroite. Mais rares sont  les propositions qui peuvent être acceptables par toutes les parties, et celle-ci en est peut-être.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En attendant, sur le chemin du retour vers Paris, je suis passé à Bogota pour m'entretenir, entre autres, avec le père Dario Echeverri scrétaire de la Conférence épiscopale colombienne. C'est lui, avec Mgr Castro, qui a élaboré le nouveau projet de l'Eglise proposant aux Farc une zone de rencontre de 150 km² comme cadre d'un échange humanitaire. Il pense q'une fois retombés l'émotion et le bruit entourant les derniers succès d'Hugo Chavez, l'idée et le rôle de certains évêques pour la promouvoir seront à nouveau valides.

 

Alvaro Uribe lui, devrait rencontrer Nicolas Sarkozy à Paris lundi matin avec dans l'idée d'inviter les émissaires français et suisse à reprendre leur baton de pélerin auprès des Farc pour soutenir ce plan colombien.

Publié dans blog-scott-tf1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Angie Bonilla 28/01/2008 17:30

Bonjour Monsieur Scott, je pense que tous ces reportages à propos de la Colombie et d'autres pays sont un excellent travail mais aujourd'hui je pense que le monde entière doit connaitre aussi la Colombie qui lutte ensemble  et je vous donne rendez vous le 4 février à midi heure de la Colombie pour crier avec nous "no mas secuestros" Je suis Colombienne et je pense que la Colombie méritte pas seulement un réportage ou des articles à propos de ceux qui font la guerre mais je pense que toute la population que se battre pour la liberté elle aussi mérite la prémière page .
N'oubliez pas, le rendez-vous de l'éspoir le 4 février a midi heure Colombienne...parceque ce jour là le monde va nous écouter alors sortons ensemble et faisons appelle à la paix, la liberté et la vie.
Merci pour vos sujets.