Un dangereux statu quo.

Publié le par blog-scott-tf1

A partir de demain sur plusieurs chaînes de Télévision, le Comité de soutien à Ingrid Bétancourt va faire diffuser un clip vidéo. On y voit l'otage, 9 jours avant son enlèvement, s'adressant aux chef des Farc pour leur demander d'arrêter les rapts (Raul Reyes apparait d'ailleurs impassible face à elle), puis dans la vidéo de l'autre jour, décharnée, à bout, avec comme bande sonore des battements de coeur qu'on espère ne pas entendre s'éteindre.

Tout cela fait partie d'une intense campagne (des bougies seront allumées également devant Notre-Dame à Paris le 22 décembre) afin de maintenir la pression sur les différents acteurs du dossier Bétancourt, les Farc et le président Uribe en premier lieu, au moment où l'on sent que tout peut arriver.

Il n'y a pas eu à ce jour de réponse officielle à la demande de Nicolas Sarkozy de libérer IB avant Noël, mais les différents indices en provenance des Farc ne laissent pas augurer d'une décision positive de leur part. Quant à la proposition d'Alvaro Uribe de créer une zone de rencontre pour que ses émissaires et les guerrieros puissent négocier sous la supervision de l'Eglise, rien ne dit que les Farc la verront d'un bon oeil.

Autrement dit, après un mois où beaucoup d'espoir ont été suscités, par l'entremise d'Hugo Chavez, la transmission de preuves de vie et le message du président français, le risque est de voir tout l'édifice s'écrouler à nouveau. Mais avec cette fois, en plus, le sentiment d'avoir épuisé bien des réserves... L'impression que les chefs des Farc sont en train de réfléchir sur la meilleure startégie à adopter constitue sans doute la meilleure raison d'espérer pour le moment, et "une fenêtre de tir" pour toutes les initiatives de médiation.  

Publié dans blog-scott-tf1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article