Ingrid est en vie...

Publié le par blog-scott-tf1

La bonne  nouvelle est arrivée par la voix d'un miraculé. John Pinchao, un sous-officier de la police colombienne enlevé il y a près de 9 ans par les FARC, et qui a réussi par miracle (on ne sait trop comment d'ailleurs) à s'enfuir du campement où il était détenu.

Première info: Ingrid est vivante, l'était en tout cas il y a encore 3 semaines, puisque Pinchao dit l'avoir vue pour la dernière fois le 28 avril.

Deuxième info: elle se trouverait, non pas dans le Caqueta ou le Putumayo au sud-ouest de la Colombie mais dans le département de Vaupès dont la capitale Mitu est le théâtre de l'embuscade durant laquelle Pinchao fut enlevé il y a des années. C'est une région où il est extrêmement difficile de se déplacer sans  pirogue ou hélicoptère. 54000 km2 de forêts amazoniennes (10% de la superficie française) très peu peuplées (22 000 habitants en tout). 

Sur la carte, on le voit bien, c'est un département frontalier du Brésil qui se situe au sud-est du pays, et dont l'une des zones dessine une avancée en territoire brésilien. Même en marchant trois semaines, Ingrid et ses compagnons d'infortune n'ont pas pu être déplacés hors de cette région depuis.

Troisième info: Ingrid est combative, d'un tempérament apparemment hors du commun. Ce que m'a raconté Fabrice Delloye, le père de Mélanie et Lorenzo, semble confirmer l'authenticité du témoignage de Pinchao. Fabrice a eu dès hier jeudi au téléphone Juan-Carlos Lecompte, l'actuel mari d'Ingrid. Un gars "à qui on ne la fait pas". Ce dernier a voulu voir l'ancien otage de ses yeux et entendre son témoignage au sortir de son entrevue avec le président Uribe. Après l'avoir entendu, il a immédiatement téléphoné à Fabrice Delloye: "Cet homme vient réellement de passer 2 ans et 9 mois avec Ingrid!... Il est plein d'elle!.. Il est rempli d'Ingrid!..." Selon les dires de John Pinchao, la franco-colombienne, après avoir souffert d'une hépatite il y a un an, a retrouvé la forme. Elle fait de l'exercice, ne se laisse pas abattre, elle a même volé un poste de radio qui avait été confisqué par les FARC pour pouvoir continuer à écouter les nouvelles, qu'elle rapportait ensuite à ses camarades. Sans compter ses 5 tentatives d'évasion! Pour Fabrice, tout correspond au caractère de l'Ingrid qu'il connait. Et il poursuit en me disant que la presse pourrait remarquer davantage ce courage hors-norme qui lui donne la force de rester elle-même et de résister. "Elle est extraordinaire!" lâche-t-il dans un souffle.

Tout à l'heure, j'ai vu Fabrice, les enfants et Astrid (la soeur d'Ingrid) dans la cour de l'Elysée après leur entretien avec le président Sarkozy. Ils étaient ravis de ce que leur a dit le chef de l'Etat qui venait lui-même de s'entretenir avec le président colombien. Ce dernier s'est engagé à faire libérer 300 rebelles pour favoriser un échange humanitaire. Et puis il y a quelques minutes, volte-face, de celles qu'Alvaro Uribe affectionne. Il vient d'ordonner à l'armée colombienne de libérer coûte que coûte la célèbre otage. Sans doute le fait de savoir maintenant dans quelle zone se trouve Ingrid Bétancourt le pousse-t-il de manière irrépressible à tenter une action armée... L'angoisse remonte d'un cran.

Publié dans blog-scott-tf1

Commenter cet article

M 19/05/2007 08:43

Comme beaucoup de personnes je suis cette histoire avec attention et l'espoir qu'un jour prochain Mme Bétancourt recouvre enfin sa liberté. Merci à tous ceux qui nous tiennent informés et un message de soutien par votre intermédiaire à ses proches, et plus particulièrement à ses enfants qui se contruisent chaque jour avec cette angoisse.