La horde sauvage!...

Publié le par blog-scott-tf1

Nous l'imaginions un peu, le suivi des déplacements de Nicolas Sarkozy dans les rues de Paris ne serait pas une sinécure. Mais là, l'exercice a parfois davantage tenu de l'acrobatie sans filet, que de la couverture en direct des allers et venues du nouvel élu!

Et pourtant, tout avait été fait pour que les choses se passent sans heurt. Un pool image assuré d'abord par TF1 (de la rue d'Enghien à la salle Gaveau) puis par France 2 devait permettre de placer 2 motos à l'intérieur du dispositif de sécurité. Peine perdue: dès la sortie de son QG du Xème arrondissement, une trentaine de deux-roues se sont jetés sur le cortège du nouveau président. Une vraie foire d'empoigne (à 80kmh tout de même)! Portière arrachée, rétroviseurs cassés, queues de poisson et mini-carambolages, la compétition entre motards de presse est féroce.

 

Alors il a fallu assurer, et jouer des coudes. Entre la Madeleine et Concorde, entre 2 motos de protection et un refuge pour piéton, je parviens à tendre mon micro à Nicolas Sarkozy: "Que ressentez-vous?" Réponse: "Beaucoup d'émotion... Beaucoup d'émotions!". Voilà, 4 secondes d'interview. Mais peu importe, dans ces moments, lorsque l'antenne est ouverte il faut savoir faire feu de tout bois.

 

Direction: salle Gaveau dans le VIIIème, là-même où il s'était déjà adressé à ses militants lors du premier Tour. Foule compacte... Périmètre de sécurité difficile à mettre en place... Et nouveau départ.

Avant d'aller rejoindre la foule qui s'assemble place de la Concorde, petit détour par le Fouquet's, le grand restaurant situé au coin de l'avenue Georges V et des Champs-Elysées. C'est là que Nicolas Sarkozy, rejoint par ses proches venus le féliciter, fait une pause pendant une heure. Plusieurs vedettes sont là. J'attrappe par la manche Johnny Halliday qui de bonne grâce se prête à l'interview. France 2, du coup, prendra notre image au passage.

Entre temps le cortège a pris des allures de plus en plus présidentielles. Au fil des heures, la protection policière s'est étoffé. La folle nuit s'arrêtera pour nous au jardin des Tuileries que le nouvel élu finit par traverser pour rejoindre le podium de la Concorde, sans que l'on puisse cette fois le suivre. Tout le monde souffle, la couverture a été bonne... et tout le monde est entier!

Publié dans blog-scott-tf1

Commenter cet article

andré 13/05/2007 00:01

merci a vous en tous cas quelque soit la situation et les adaptations votre professionalisme est extraordinaire j'etais vraiment content de vous suivre ca m'a fait un peu byzarre de vous voir avec des lunettes en seconde partie de reportage alors que vous n'en portez jamais comme quoi on remarque des details sans importance des fois je ne comprends pas tres bien les remarques infondés de l'exercice perilleux et le metier qui est le votre est qui n'est pas du a tout le monde vous etes un journalsite formidable bien a vous.

Arnaud 11/05/2007 10:31

Je ne comprends pas l'intérêt de prendre de tels risques pour obtenir juste un "beaucoup d'émotion".
En plus vous le saviez, que vous n'auriez rien d'intéressant... alors pourquoi, si ce n'est pour pouvoir dire ensuite à ses amis et collègues "regardez, c'est moi, je l'ai fait..."
C'est de la frime, pas du journalisme. Et c'est inutilement dangereux.

Nicolas 10/05/2007 21:20

 
 
Dans une République juste, un SDF a-t-il autant d'attention...
alors que les fraudeurs courent les rues, y compris sous haute escorte médiatique et policière...
 
 

Thibaud 10/05/2007 18:41

Bonjour,
j'ai suivi comme des millions de francais les résultats du second tour devant tf1 avec des potes et de quoi ne  pas mourir de soif et je tenais à vous tenir mon chapeau.
car ca devait vraiment pas etre evident de faire son métier dans ce "gros bordel" je pense qu'on peut appeler ca comme ça mais surtout ca avait l'air tres dangereux vu le nombre de motard, de voitures qui faisaient tout pour approcher sarkozy...je pense que dans ces moment là on peut vraiment appeler ca : la course à l'information!
Une question tout de meme: bon c sur c loin d'etre bagdad ou kaboul mais avez vous eu peur à un moment lorsque vous suiviez la voiture de sarkozy? car vu le nombre de journalistes, la vitesse des motos et SURTOUT la prise de risque (exageree?) de certains reporter je peux comprendre qu'on se sente pas forcement à l'aise sur une moto.
Merci de votre réponse
Thibaud

tanguy 07/05/2007 20:38

MERCI !!! Un grand merci à vous, Michel Scott mais aussi à Nicolas Escoulant, tous les motard de la SFP, Robert Namias, François Bachy, JPP, PPDA, Clair Chazal et toutes les personnes qui on permi à TF1, cette chaîne magnifique que j'admire, de couvrir cette élection présidentielle. Merci, merci et encore merci. Une pensée quand même aux JRI de TF1 & LCI qui ont étés "bousculés" (c'est rien de le dire).                                            Tanguy 14ans Journaliste amateur indépendant